L’île des beaux lendemains de Caroline Vermalle

9782266249362

Salut les zamis!

Me revoici avec un nouvel article sur un roman qui est un super méga coup de cœur!! (oui je sais, ça fait beaucoup, mais il le vaut bien!). Sans plus attendre, commençons par le résumé:« À 73 ans, déçue par une existence sans saveur et sans réel amour, Jacqueline Le Gall décide de prendre un nouveau départ. Parce qu’il n’est jamais trop tard pour saisir la vie à bras-le-corps.

À soixante-treize ans, Jacqueline découvre que son cœur en a dix-sept et abandonne tout, décidée à remonter le temps vers les promesses de sa jeunesse. Marcel, son époux délaissé, affronte la descente de la Loire et toutes les rivières de l’enfer pour partir à sa recherche. Leurs chemins croisent ceux de Paul, ancien prêtre et amateur astronome, fasciné par une étoile morte à l’aube du monde, et de Nane, aristocrate gouailleuse et rebelle, qui panse les plaies des âmes en peine avec les douceurs de l’Île-d’Yeu. C’est auprès d’elle que Jacqueline fera le plus beau des apprentissages : celui de la liberté.

Ils ont trois cents ans à eux quatre, et leur aventure commence tout juste. Tissée de poésie, d’espoir et de lumière, l’histoire de gens ordinaires qui découvrent qu’il n’est jamais trop tard pour devenir soi-même. » (résumé Babélio)

Aimant tous types de lecture, ou presque, j’avais envie de changer un peu, et de me replonger dans un genre que j’aime beaucoup, le « feel good ». En furetant un peu sur le net, je suis tombée sur le résumé de ce roman, qui m’a tout de suite plu (Bon, après l’avoir lu, je ne l’aurais pas forcément classé dans cette catégorie, mais bon je l’aime quand même!!). Parce qu’un roman ayant pour personnages principaux des personnes âgées est chose assez rare, parce qu’aussi je travaille auprès de cette population, j’ai vraiment eu envie de « tenter l’aventure », avec tous ces « héros » du quotidien.

« L’île des beaux lendemains » nous parle ainsi en premier lieu de Jacqueline, une femme ayant cette désagréable impression d’être passée à côté de sa vie. Arrivée à un âge avancé, elle semble prise d’un besoin pressant de quitter ce mari, Marcel, que ses parents lui ont imposé, pour retrouver sa cousine Nane, qui était comme sa sœur, et qu’elle n’a plus revu depuis 50ans. Nane, elle, a « osé » vivre sa vie telle qu’elle l’entendait et, auprès d’elle, Jacqueline espérait retrouver sa jeunesse perdue, gâchée, lui donner un second souffle. Mais on ne peut refaire sa vie, du moins le croit-elle…

Le départ impromptu de Jacqueline va pousser Marcel à accomplir un vieux rêve laissé de côté; Paul, quant à lui, va, en plus de l’encourager, devoir faire face à ses propres regrets et questionnements existentiels.

Ce roman parle des bouleversements qui peuvent survenir à un moment de la vie où les jours à venir sont bien moins nombreux que ceux déjà vécus. Le vieillissement, l’avancée vers la mort, représente ainsi un temps de bilan, de remise en question, mais aussi de quête de sens. Jacqueline et les autres se demandent ainsi pour quoi ils ont vécu, pour qui, et réalisent qu’ils n’ont pas osé faire tout ce qu’ils ont voulu, qu’ils ne s’en sont pas donnés la peine, la chance. Chacun éprouve des regrets, des remords, et se demande si, après tout, il n’est pas trop tard pour vivre encore d’autres aventures.

Beaucoup d’émotions m’ont submergé à la lecture de ce roman: doutes, espoir et désespoir, tristesse aussi, mais l’auteur a su faire passer toutes ces émotions avec une pudeur, une justesse, qui évitent de tomber dans le « mélodramatique ». Le petit plus de ce roman est qu’il est raconté par un papillon. Oui, je sais, ça peut paraître étrange, mais le fait que cela soit raconté par un être éphémère apporte un peu plus de poésie, de force même, au roman. Notre papillon raconte ainsi cette très belle histoire, aidé par les différents vents qu’il rencontre et qui l’aident à savoir ce qu’il se passe pour nos différents personnages, auxquels on ne peut que s’attacher.

Vous l’aurez compris, j’ai véritablement aimé d’amour (oui carrément!) ce roman très beau, très juste, très poétique, et j’ai très envie de découvrir les autres romans de son auteur. Caroline Vermalle a juste su décrire parfaitement les ressentis des personnages, à une période de la vie où chacun a besoin d’être au clair, et en paix, avec ce qu’il a vécu.

Doutes, secrets, révélations, questionnements, nos personnages traversent toutes ces épreuves, pour, ENFIN, finir par se trouver.

A LIRE ABSOLUMENT, FONCEZ!!! 9.16
L’île des beaux lendemains, de Caroline Vermalle

Éditions Pocket, 2013, 255 pages

Prix: 6,20 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s