Les amis du paradis, de Caroline Vermalle

9782714470928

Hello hello!

Voici un nouvel article sur le dernier roman d’une auteure qui fait sans aucun doute partie de mes auteurs préférés au monde! Sans plus tarder, le résumé:

« Un petit village sous la neige et dans la tempête, une magnifique histoire d’amour, de solidarité et d’amitié qui fait croire à la magie de Noël…

Antoine est un jeune homme timide qui rêve d’être un héros. Rose est une violoncelliste de talent, mais qui a perdu sa flamme intérieure. Et le Paradis est un somptueux cinéma, où le vieux Camille invite à rêver en projetant des films tous les dimanches soirs. Lors d’une nuit glaciale, une tempête de neige enveloppe le petit village, et Camille meurt. C’est à Antoine qu’il revient de continuer à faire vivre le Paradis, seule animation du village.
Mais des choses étranges se passent. Dans le cœur solitaire d’Antoine, Camille n’a pas disparu, il est même là qui lui parle et le conseille chaque fois qu’Antoine se retrouve seul dans le cinéma, presque abandonné.
Et puis surtout la mairie décide de vendre le Paradis, et le promoteur qui compte l’acheter va le détruire pour profiter du terrain. Soudainement Antoine n’est plus seul et c’est tout le village qui va se battre pour sauver le cinéma de Camille, la mémoire du village. Même Rose, la discrète musicienne, revenue dans la maison de son enfance depuis quelques semaines…
Se souviendra-t-elle d’Antoine avec qui elle avait joué, enfant, aux châteaux de sable, plusieurs juillets de suite ? Est-ce seulement dans les films projetés au Paradis que des femmes comme Rose tombent amoureuses d’hommes comme Antoine ? » (site des Éditions Belfond)

J’avais juste aimé d’amour le premier roman que j’avais lu de Caroline Vermalle, « L’île des beaux lendemains », dont vous pouvez trouver la chronique ici. Ce fut donc sans aucune hésitation que j’avais commandé son nouveau roman pour Noël. Et, une fois de plus, je ne fus pas déçue, bien au contraire! Caroline Vermalle a pour moi ce don de raconter l’histoire de personnages « ordinaires », qu’on pourrait croiser dans notre quotidien, et d’y apporter une beauté, une pureté, une magie, juste extraordinaires.

Nous suivons donc ici l’histoire d’Antoine, un jeune homme qui n’a jamais quitté sa ville natale, et qui depuis tout petit aime fabriquer, réparer les choses. Antoine, vivant de petits boulots, semble avancer dans sa vie tel un robot, sans buts, sans envies, se contentant d’avancer, parce qu’il le faut bien. Il n’a jamais oublié Rose, avec qui il jouait enfant, et qui est probablement la seule personne à avoir jamais su « animer » son cœur. Lorsque cette dernière revient à Villerude pour fuir une vie certes faite de succès, mais qui l’a rendue malheureuse, Antoine semble « reprendre vie », mais le sort s’acharne lorsque Camille, un vieil homme qui finalement était son seul ami, meurt. Tenir le Paradis, ce cinéma  que chérissait tant Camille, devient alors non seulement un but dans la vie d’Antoine, mais représente aussi ce qui le relie à Rose, qui n’a pas encore reconnu en lui son ami d’enfance.

Aussi, lorsque l’homme le plus riche de Villerude rachète le cinéma pour en faire un parking, Antoine, ainsi que plusieurs habitants de la ville, membres de l’association des « Amis du Paradis », décident de ne pas se laisser faire, et de se battre pour sauvegarder ce lieu faisant partie intégrante de la vie de chacun. Si Antoine n’avait jusqu’à présent jamais été du genre à s’investir, et ce dans tous les domaines de sa vie, la présence en ce lieu du fantôme de Camille, son ami, son confident, son conseiller, lui donne envie de se battre, et l’embarque dans une aventure qu’il n’aurait jamais vécu autrement. Quant à Rose, elle tente de faire le point sur sa vie, pour voir quelle nouvelle direction elle souhaiterait donner à cette dernière. Dans son combat pour se re-trouver, sa rencontre avec Antoine va venir réveiller bien des souvenirs, et va progressivement faire revenir en elle l’envie de vivre, de jouer de nouveau, de vivre.

J’ai beaucoup aimé la complexité des personnages: Antoine est un homme qui ne sait finalement pas encore qui il est, qui il veut être. Il est perdu, et ce sont finalement ses proches, à savoir Camille le fantôme, Personne le petit chien de ce dernier dont il a hérité à sa mort, et Rose, qui vont l’aider, sans le savoir, à se trouver et à l’amener du côté de la vie. Rose est quant à  elle une jeune femme qui avait en apparence tout pour être heureuse, et qui pourtant s’éteignait progressivement. Elle a tout quitté pour tenter de se retrouver. Camille se révèle être un fantôme plein de fantaisie et de bons conseils, et Personne est un compagnon qui va aider Antoine à avancer, un compagnon de tous les instants qu’il va embarquer dans sa grande aventure. Bien entendu, d’autres personnages sont présents dans ce roman, et ont chacun leur importance, mais vous savez que je n’aime pas trop en révéler!

Caroline Vermalle a une écriture qui me parle beaucoup, empreinte à la fois d’une simplicité qui fait qu’on peut facilement s’y retrouver, mais aussi d’une beauté,  d’une pureté que j’adore! Vous l’aurez compris, j’ai encore aimé d’amour ce roman, que je ne peux que très chaudement vous recommander. De nombreux passages de ce livre m’ont beaucoup touchée, et, pour terminer cette chronique, je voudrais vous en faire partager un:

 » Elle releva la tête, et Antoine vit pour la première fois qu’elle était si près de lui qu’il pouvait sentir sa chaleur. Leurs yeux plongèrent les uns dans les autres. Antoine sentit que les étoiles, la lune et toutes les lignes de la main le poussaient vers cette rencontre douce. Aucun des deux n’avait bougé pourtant. Mais la possibilité infime du baiser était entre eux, toujours en suspens; il fallait seulement que l’un d’eux s’approche ou recule pour que tout l’univers soit réécrit. »(p158)

Les amis du Paradis, de Caroline Vermalle

Aux Editions Belfond

2015

253 pages

 

Publicités

Flocons d’amour, de Maureen Johnson, John Green, et Laureen Myracle

logo_305993

 

Bonjour à toutes et à tous!

Tout d’abord, je vous souhaite une très belle année, puisse-t-elle vous apporter le meilleur!

Me voilà de retour pour une nouvelle chronique, sur un roman qui fleurait bon les vacances de Noël. Je l’avais dans ma PAL depuis un petit moment, et attendais les fêtes pour me plonger dedans, puisque les 3 histoires prennent place à cette période de l’année justement. Je dois avouer que j’ai mis un peu de temps à le lire, interrompu malheureusement par la perte d’un être cher. Bon, clôturons là cette petite parenthèse perso’ et commençons par le commencement, le résumé:

« 24 décembre. Nuit des miracles ? Ou des catastrophes ? Une terrible tempête, un train bloqué dans la neige. Gracetown : tous les voyageurs descendent ! Gracetown… Bourgade perdue au milieux de nulle part qui vous ferait presque oublier le repas de Noël. Pourtant Jed, Jubilé, et les autres vont partager le réveillon le plus insolite de leur vie. Dans un café bondé de pom-pom girls ou au détour d’une route enneigée, les rencontres inattendues se multiplient. Les couples se font, se défont et se refondent Louvoyant entre les flocons, les flèches de Cupidon qui pleuvent sur la ville ne laisseront personne de glace. »

Alors… Voici 3 histoires écrites par 3 auteurs. La première, écrite par Maureen Johnson, nous raconte l’histoire de Jubilé, une jeune femme qui se voit obligée de prendre un train le 24 décembre pour aller passer Noël chez ses grands-parents, ses parents, amateurs de ces petites maisons de Noël qu’ils collectionnent avec ferveur, venant de se faire arrêter lors d’une altercation liée à cette quête de pièces à rajouter à leur collection. Furieuse, Jubilé quitte alors à regret sa maison, et son petit ami Noah, ignorant qu’elle va vivre une aventure qui changera le cours de son existence jusque là tranquille. Cette première histoire était vraiment très sympathique. Jubilé affronte la tempête, bloquant son train, se retrouvant dans une « Waffle house » (une chaîne de restaurant spécialisée dans les gaufres) où elle va rencontrer Stuart, un gars du coin, qui va, bien que ne la connaissant pas, l’inviter à passer Noël chez lui. Les deux jeunes gens vont se découvrir durant leur périple dans la neige pour se rendre jusqu’à la maison du jeune homme, et chacun va, sans le vouloir, permettre à l’autre d’ouvrir les yeux sur bien des choses, et, d’une certaine manière, se découvrir. J’ai aimé le côté inattendu de cette rencontre, puisqu’en premier lieu c’est un garçon prénommé Jeb qu’elle rencontre dans le train, et je m’étais alors dit que ce serait autour de ces deux là que prendrait lieu l’histoire, alors que non, pas du tout! Les personnages sont attachants, drôles aussi; l’histoire est belle et bien écrite, terminant comme elle devait l’être, nous laissant le sourire aux lèvres.

La seconde histoire, écrite par John Green, nous raconte l’histoire de Tobin et de ses amis, JP et Angie, surnommée « Le Duc », qui décident d’affronter la tempête suite à un coup de fil passé par un camarade de classe, qui se trouve être un employé de la Waffle House où avait atterri Jubilé. On comprend ainsi que les histoires sont liées, ce qui est une très bonne surprise. Des pom pom girls qui se trouvaient elles aussi dans le train de Jubilé ont investi les lieux, ce qui, bien évidemment, représente pour les garçons une raison plus que suffisante pour affronter la neige et tenter leur chance auprès de ces demoiselles. Bien entendu, le chemin pour se rendre sur les lieux sera semé d’embuches, et permettra aux personnages de se découvrir autrement, au moins pour deux d’entre eux. J’ai moins aimé cette histoire, trop prévisible à mon goût,et aux personnages moins attachants. Ce que j’y ai préféré finalement, c’était de retrouver des personnages de la première histoire, même s’ils n’étaient qu’évoqués.

Enfin, la dernière histoire, écrite par Lauren Myracle, est racontée par Addie, une jeune femme qui se trouve être l’ex petite-amie de Jeb, qu’on avait découvert dans le premier récit, et qui avait alors confié à Jubilé que cette dernière l’avait trompée. Addie, totalement abattue par son acte qui a mis fin à leur histoire, se lamente ainsi sur son sort, jusqu’à une mission lui soit confiée: aller récupérer dans une animalerie un cochon nain qu’elle et sa copine Dorrie ont acheté pour le Noël de leur amie Tegan, fan des cochons en tous genres. Si au départ cette mission vire à la catastrophe, elle va permettre à Addie de sortir de ses lamentations et de son égocentrisme, pour évoluer, changer. J’ai aimé « détester » Addie, une ado centrée sur sa petite personne; j’ai aimé voir son envie de changer, et son évolution progressive. Et enfin, plus que tout, j’ai adoré retrouver TOUS les personnages des 3 récits dans le Starbucks où travaille Addie. Ces « retrouvailles » permettent de clore de façon parfaite ce roman écrit à 6 mains. On ne pouvait franchement pas mieux faire!!!

En résumé, je dirai que j’ai trouvé ce roman sympathique,nous mettant bien dans l’ambiance neige et Noël, avec une bande d’adolescents se retrouvant plongés dans des aventures au premier abord catastrophiques, mais qui au final auront chacune un dénouement heureux, et permettront à ces personnages d’évoluer. Ce n’est donc pas un coup de cœur, mais c’est un bon roman à lire pendant les fêtes!

 

Flocons d’amour, de Maureen Johnson, John Green et Lauren Myracle

Aux Editions Hachette

2010

346 pages