Avant toi, de Jojo Moyes

513BAroEyxL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Hello les zamis!

Voici une nouvelle chronique sur mon premier coup de cœur de 2016, et quel coup de coeur!!! Je crois que Jojo Moyes vient d’entrer tout droit dans mon top 5 de mes auteurs préférés!!!

Sans plus attendre, voilà le résumé de cette magnifique histoire:
« Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.. » (Babelio)

Alors alors… Quelle révélation!!! La thématique tout d’abord est très touchante, puisqu’elle concerne le droit de mourir dans la dignité. En lisant ce roman, on ne peut s’empêcher de se demander comment nous nous réagirions si par malheur on se retrouvait tétraplégique, cloué pour le restant de nos jours dans un fauteuil, perdant presque tout autonomie.

Ce roman nous raconte ainsi l’histoire de Louisa Clark, une jeune femme ayant toujours mené une petite vie tranquille dans une petite ville d’Angleterre. Entre son job de serveuse dans un café, son petit ami Patrick et sa famille (composée de ses parents, son grand-père, sa sœur Treena et son neveu Thomas), la jeune femme menait une existence simple, terre à terre. Du moins jusqu’à ce que le café dans lequel elle travaillait depuis plusieurs années ne ferme du jour au lendemain. Louisa, « Lou », se retrouve alors quelque peu perdue, réalisant que jusqu’à présent elle ne s’était jamais interrogée sur ce qu’elle souhaitait faire de sa vie. Elle se laissait simplement entraîner par cette dernière, confortablement installée dans une routine qu’elle n’aurait probablement jamais sans cela questionné.

Comme beaucoup, elle « fréquente » le pôle emploi de sa ville et, après avoir réalisé divers petits boulots… ben elle commence sérieusement à désespérer! A contre cœur, n’ayant pas d’autre choix si elle souhaite conserver ses indemnités, elle accepte ainsi de jouer les aides-soignantes auprès de Will, un trentenaire tétraplégique acariâtre, on peut même dire immonde, qui ne lui rend pas la tâche facile. Avant son accident, Will était le genre d’homme à qui tout réussissait: venant d’une famille aisée, ayant réussi professionnellement, ayant toujours eu de très belles femmes à son bras, sa vie semblait toute tracée. Mais la vie en a décidé autrement.

J’ai tout simplement adoré le personnage de Louisa; pleine de vie, volontaire, elle ne cherche au cours du roman qu’à ramener un Will bien décidé à partir en Suisse pour pouvoir bénéficier du suicide assisté, vers la vie. Elle se démène pour lui trouver des activités susceptibles de lui plaire, se heurtant à bien des obstacles et des échecs. Elle trouve de l’aide et du réconfort auprès de sa famille, et plus particulièrement de sa sœur, gardant tout de même pour elle l’intention de Will qu’elle n’est elle-même pas censée connaître. Will quant à lui, résolu à mettre un terme à une vie qui n’a plus de sens pour lui, apprend progressivement à connaître, et à apprécier, cette jeune femme un peu loufoque mais très attachante. Lentement ils s’apprivoisent, même si cela reste toujours très fragile. Le lien qui se crée entre eux amène chacun à voir la vie autrement, et entraînera bien des bouleversements, même si certains ne correspondront pas à ce que nous, lecteurs, aurions souhaité! Les personnages secondaires sont eux aussi très bien amenés, que ce soit la famille de Lou ou encore celle de Will, portée par une mère autoritaire et complètement désarmée face à la funeste résolution de son fils.

Comme à mon habitude je ne vous en dirai guère plus pour que vous puissiez pleinement apprécier cette lecture. Ce que je peux vous dire, c’est que ce roman m’a à la fois fait rire, pleurer. J’ai beaucoup aimé les personnages, en particulier Lou vous l’aurez compris, une jeune femme très très attachante, cherchant à faire de son mieux, et mine de rien grandissant avec cette expérience auprès de Will. Will quant à lui se dévoile peu à peu, reprenant grâce à Lou goût à la vie. On apprend à l’aimer, on souffre avec lui, on comprend son envie de se libérer. Bref, tout un tas d’émotions m’ont traversée, et n’est-ce pas après tout ce qu’on recherche dans un livre?!

Très gros coup de cœur  donc pour moi, et j’avoue avoir plus que hâte de voir son adaptation cinématographique, et de lire la suite, qui sortira en librairie en juin aussi il me semble, comme le film! Alors je ne vous dirai qu’une chose: FONCEZ!!!!!!!!!!!!

Avant toi, de Jojo Moyes

Aux Éditions Milady

2013 (édition française)

524 pages

8,20 euros

Publicités

Les Messagers des Vents, de Clélie Avit

9782702445556-001-X_0

 

Salut les zamis!!

Me voilà de retour après un petit temps d’absence, pour vous présenter un roman absolument fabuleux que je m’en vais vous présenter de ce pas. Sans plus attendre, en voici le résumé:

« Ses cheveux bleus, son pendentif, il faut les cacher, Eriana le sait. Fuir, rester sur le qui-vive, l’arc à la main, c’est son quotidien. Le jour où elle croise la route de Setrian, jeune messager de la cité d’Ivoire, tout bascule. Eriana a été désignée par une prophétie, avec neuf autres jeunes filles. Les pouvoirs de l’une d’entre elles permettront de sauver Myria.
Le problème : Eriana n’a pas conscience de l’existence de ses pouvoirs. Elle ne connaît pas leur étendue, ignore comment les utiliser. Pourtant, il lui faudra apprendre les codes de Myria, déjouer les pièges, deviner le jeu de ses ennemis.

Avec Les Messagers des Vents, Clélie Avit signe le début d’une grande saga fantastique qui rappelle aussi bien Le Seigneur des anneaux que Hunger Games. Tour à tour trépidant et poétique, ce roman séduira les lecteurs avides d’évasion. » (Résumé Editions Le Masque)

Nous faisons donc la rencontre d’Eriana, jeune femme solitaire, s’étant toujours su différente, et ayant appris très tôt à cacher cette différence, sachant que cette dernière pouvait causer sa perte. Dans son errance, elle rencontre donc Setrian et la famille de ce dernier, et grâce à cela elle va commencer à découvrir qui elle est, et va partir à la rencontre de son destin, si on peut dire. A Myria, la Cité des Vents, se trouvent des êtres dotés pour certains d’entre eux d’une énergie, appelée « inha », qui peut prendre différentes formes. Ainsi certains sont des protecteurs, d’autres des contacteurs, des guérisseurs, des animaliers, ou encore des messagers des vents. Eriana apprendra ainsi qu’elle fait partie de ces êtres hors du commun, et découvrira sa nature de messager des vents.

Elle saura pourquoi Setrian et les siens s’étaient lancés à sa recherche, et se retrouvera ainsi mêlée à une bien étrange prophétie annonçant la fin de leur monde, la « Friyie ». Mais elle n’aura malheureusement pas le temps de prendre pleinement connaissance de tout cela et de poursuivre son apprentissage, les évènements se précipitant, vous vous en doutez bien, l’entraînant dans une épopée fantastique. Car certains membres de Myria sont des traîtres, cherchant à s’accaparer un pouvoir destructeur qui pourrait mener le monde à sa perte, telle que l’annonce la prophétie. Ainsi, telle la communauté de l’anneau, Eriana, Setrian et bien d’autres partiront de Myria, espérant contrer les plans machiavéliques de ces traîtres avides de pouvoir.

Je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire en elle-même, vous invitant à la découvrir, car elle en vaut vraiment le coup! J’ai adoré suivre cette histoire, même si au départ, il me faut bien l’avouer, j’ai eu un peu de mal à entrer dedans. L’auteure, créant tout un univers, emploie donc, et c’est logique, un vocabulaire nouveau, spécifique à ce monde, et personnellement, n’ayant pas lu d’une traite, ayant au contraire fait parfois des pauses assez longues, j’ai pu être par moments un peu perdue. Je ne me souvenais de la signification de tel ou tel mot, et, pour cela, je dois dire que j’aurais bien apprécié la présence d’un petit lexique par exemple. Mais ne chipotons pas, car, ce tout petit bémol mis à part, j’ai Adoré cette histoire. Passé mon petit moment de « flottement », je suis rentrée à pieds joints dans cette intrigue menée tambour battant. On va de révélations en révélations, et chacune amène un nouveau lots de questions, de mystères à résoudre pour pouvoir avancer dans cette quête que mènent nos personnages. Clélie Avit parvient ainsi avec brio à maintenir un suspense nous donnant sans cesse envie d’en apprendre davantage.

L’évolution de la relation entre Eriana et Setrian est vraiment très intéressante; j’ai vraiment aimé le fait que l’histoire ne s’appuie pas de manière trop lourde sur le lien naissant entre les personnages. L’intrigue reste en premier plan, on est véritablement dans une grande épopée fantastique et ça J’ACHÈTE!!! Bon la contrepartie, du moins en ce qui me concerne, c’est que je me suis du coup pas trop attachée aux personnages, ou du moins moins que dans d’autres types de romans. Mais cela ne gâche absolument rien à la lecture, semblant au contraire tout à fait normal, coulant de sources. De multiples personnages interviennent ainsi, outre nos deux principaux, chacun ayant sa place, son rôle à jouer, et donc son importance. On lit ce qui se passe pour chacun d’entre eux, ou plutôt pour chaque groupe formé par l’histoire, ce qui est juste au top!

C’est fluide, très bien écrit, et vraiment très inventif. Une très bonne lecture en résumé, que je ne peux que vous conseiller si vous avez envie d’aventures!!! Personnellement, j’ai juste hâte de connaître la suite de ce roman vraiment fantastique, c’est le cas de le dire. Alors, tous à vos librairies!!

Les Messagers des Vents, de Clélie Avit

Aux Editions Le Masque- Lattès

2015

472 pages